Rétinopathie Diabétique

logo et courbe des catégory quantel medical

QU’EST-CE QUE LA RETINOPATHIE DIABETIQUE ?

La rétinopathie diabétique est une complication du diabète (de type 1 et de type 2).

Il s’agit d’une maladie dégénérative qui touche les vaisseaux sanguins présents sur la partie postérieure de l’œil : la rétine.
Il existe deux formes de rétinopathie diabétique : la forme non proliférante et la forme proliférante.
La forme non proliférante se caractérise par une augmentation de la perméabilité et de la dilatation des vaisseaux sanguins ainsi que par des microanévrismes, de petites hémorragies, des exsudats, une ischémie et un œdème maculaire.

Dans la forme proliférante, les vaisseaux sanguins lésés se ferment, ce qui entraîne la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux dans la rétine, et peuvent fuir dans la substance transparente et gélatineuse qui remplit le centre de l’œil (vitré).

Dans cette forme, on observe également un œdème maculaire. Dans les pays industrialisés, la rétinopathie diabétique est la première cause de cécité chez les personnes âgées de 25 à 74 ans.

Aux stades précoces de la rétinopathie diabétique, les symptômes ne sont pas nécessairement présents. Cependant, avec l’évolution de la maladie, les symptômes peuvent être les suivants :

  • Points ou filaments sombres dans le champ visuel (corps flottants)
  • Vision trouble
  • Vision fluctuante
  • Altération de la vision des couleurs
  • Zones sombres ou vides dans le champ visuel
  • Perte de la vision

La rétinopathie diabétique touche généralement les deux yeux.

La réalisation d’examens d’imagerie visant à déterminer l’état de la rétine est essentielle au diagnostic de la rétinopathie diabétique.
Chez les patients diabétiques, il est nécessaire de réaliser un examen régulier de la rétine pour évaluer le stade de la rétinopathie. Des examens tels qu’une angiographie du fond d’œil et une tomographie en cohérence optique (OCT pour optical coherence tomography) sont alors réalisés.
L’angiographie à la fluorescéine, qui est réalisée à l’aide d’un rétinographe, permet d’obtenir des images des vaisseaux sanguins de la rétine après l’administration d’un produit de contraste. On a recours à cet examen pour déterminer le degré d’extension de la rétinopathie et réaliser le suivi du traitement.

L’OCT fournit des coupes transversales de la rétine qui mettent en évidence l’épaisseur de cette dernière et permettent de détecter toute fuite dans le tissu rétinien. Plus tard, l’OCT peut être utilisée pour surveiller l’efficacité du traitement. L’échographie peut également être utilisée en cas d’hémorragie du vitré.

En fonction du stade de la maladie, diverses options thérapeutiques existent, notamment le laser, les injections et la chirurgie. Le laser peut être utilisé pour stopper ou ralentir les fuites des vaisseaux sanguins (photocoagulation), pour éliminer des vaisseaux sanguins qui viennent de se former sur la rétine périphérique (photocoagulation panrétinienne) ou pour réduire l’œdème maculaire (traitement au laser Subliminal). Le laser peut également être utilisé en association avec des injections d’anti-VEGF afin de réduire la fréquence des injections et d’améliorer la qualité de vie du patient.

La vitrectomie est une technique chirurgicale qui consiste en l’ablation du vitré en cas d’hémorragie rétinienne et/ou de décollement de la rétine. Les injections intraoculaires d’anti-VEGF (facteur de croissance de l’endothélium vasculaire) sont utilisées pour ralentir la croissance des nouveaux vaisseaux. Plusieurs injections sont réalisées de manière régulière selon un protocole choisi par l’ophtalmologiste.